Les Amis des Bois de Buysdelle et de Verrewinkel

Présentation des bois

Le bois de Verrewinkel, souvent appelé "petite forêt de Soignes", ainsi que son petit frère, le bois de Buysdelle, font partie des derniers vestiges de la forêt charbonnière qui couvrait tout le centre du pays au début de notre ère.

Carte Ferrraris 1771-1778
Carte Ferraris 1771-1778
Ils sont morphologiquement identiques à la forêt de Soignes avec des plateaux et de profonds ravins.

La carte Ferraris montre que le bois de Verrewinkel était adossé à la forêt domaniale de Soignes (la ligne cadastrale en traits interrompus).

De là à dire qu'il faisait bien partie de la forêt de Soignes, c'est un pas que n'hésite pas à franchir Martin Tanghe (voir Perception écologique du Bois de Verrewinkel).

 


Ctrl + roulette sur le plan pour zoomer ;
passez la souris sur une zone pour la mettre en évidence.
L'homme y a planté des mélèzes (bois de Buysdelle), des pins sylvestres et surtout des hêtres devenus aujourd'hui monumentaux et formant, 200 ans après, de véritables "hêtraies-cathédrales" !...

> Voir Quelques arbres et arbustes

La flore se révèle surtout au printemps avec les ficaires, les anémones, les jacinthes (au Verrewinkel) ou les pervenches (à Buysdelle).

> Voir Quelques fleurs de nos bois

Petite note sur la zone au sud du bois de Verrewinkel, celle où le hêtre est "non dominant" : il s'agit en fait d'un reboisement spontané après l'abandon dans les années 60 d'une carrière de sable (voir Un peu de géologie). Les avenues des Muses et René Lyr datent de cette époque.

 

Ces bois forment des îlots très utiles pour les oiseaux et les chauves-souris (11 espèces pour ces dernières). D'où leur classement et leur inscription à "Natura 2000".

 

Dans nos bois