Les Amis des Bois de Buysdelle et de Verrewinkel

Un peu d'histoire

Sur les cartes des XVIIIe et XIXe siècles
Les noms de "Buysdelle" et de "Verrewinkel"
La confrérie de St-Éloi et le CPAS de Bruxelles
L'autoroute de Waterloo à travers le bois de Buysdelle
Des sculptures dans le bois de Verrewinkel ?

Sur les cartes des XVIIIe et XIXe siècles


Légende.
1777. Du nord au sud, la chaussée d'Alsemberg relie Bruxelles, St-Gilles (St.Gillis), Uccle et Linkebeek (Linckenbeeck). Le hameau de Verrewinkel (Verevvinkel) est tout contre la forêt de Soignes. Les fermes de Percke (Perck) et de St-Éloi (St Eloy) sont juste à côté. Les petits ronds symbolisent les nombreux moulins sur le Verrewinkelbeek qui se jette dans et le Geleytsbeek qui lui-même rejoint la Senne au nord de Forest (Forêt).

Cliquez sur la carte pour en afficher une autre de 1825.

 

Les noms de "Buysdelle" et de "Verrewinkel"


Légende.
En consultant les cartes historiques on trouvera Boensdelle (1757 et 1777-1778) et Buysdelle (1830). Étymologiquement, ce nom pourrait provenir de "bois" et de "vallon" (le bois dans le vallon).

"Verrewinkel" est un toponyme plus ancien. Vrewinkella (1258), Verrewinckele (1414), Verrewinckel (XVe - XVIIIe s.), Verrewinkel (1746). Ce nom viendrait de verre, éloigné, loin du centre et de winkel, lieu, terrain. À moins qu'il ne provienne de celui de la famille van de Winckele qui détenait ce domaine jusqu'en 1502.

Cliquez sur la carte pour en afficher une autre de 1777-1778.

 

"Verrewinkel" désigne différentes entités :

- le hameau le long de l'avenue Dolez entre l'avenue des Hospices et la rue de Percke,
- le bois,
- l'école communale,
- l'ancien football club (actuel Pom Pom Poney),
- l'arrêt de bus de la STIB (bien que cet arrêt soit situé au lieu-dit "Le Balai"),
- le nouveau cimetière d'Uccle avenue de la Chênaie,
- la rue qui longe ce cimetière au nord,
- et le ruisseau du Verrewinkelbeek à la limite communale avec Linkebeek. Passé le talus du chemin de fer, ce ruisseau rentre dans la commune de Linkebeek et devient le "Linkebeek".

La confrérie St-Éloi et le CPAS de Bruxelles

En 1502 la confrérie de Saint-Eloy rachète le domaine à la famille van de Winckele. Cette confrérie est une société de secours mutuels créée par diverses corporations bruxelloises de métiers, dont les forgerons, les orfèvres, les selliers, les peintres, les couteliers et les boulangers. Chaque membre paye une cotisation hebdomadaire et reçoit des secours en cas de maladie ou d’accident.

 

La carte Vandermaelen 1846-1854
La carte Vandermaelen 1846-1854
La confrérie possède une chapelle à Bruxelles et une ferme à Uccle (ferme qui porte toujours son nom). Elle a aussi des terres et des bois dont celui de Verrewinkel qui est adossé à la forêt domaniale de Soignes.

Lors de la Révolution française, les corporations bruxelloises sont supprimées ainsi que les organismes qui en dépendent, telle la confrérie Saint-Eloy dont les biens sont acquis par les « Hospices de Bruxelles », aujourd’hui CPAS de Bruxelles.

D'après un texte de Jean-Marie Pierrard, du cercle d'Histoire, d'Archéologie et de Folklore d'Uccle et environs.

 

La ferme St-Éloi
La ferme St-Éloi vue des champs de Kleindal ; à droite, le bois de Buysdelle.

L'autoroute de Waterloo à travers le bois de Buysdelle

Fin des années 1960, le projet du ring au sud de Bruxelles pour relier Boitsfort à Forest menaçait une bonne partie d'Uccle. Selon le projet de 1969, il serait passé par le boulevard du Souverain et la chaussée de la Hulpe, puis aurait suivit la ligne ferroviaire 26 (Vilvorde - Hal) jusqu'au cimetière de Verrewinkel, traversé l'actuelle réserve naturelle du Kinsendael vers la plaine du Bourdon (qui fut rasée à cette occasion), frôlé le moulin du Nekkersgat et atteint l'actuel rond-point des Dix Monolithes à la rue de Stalle...

Au niveau du Kauwberg, un échangeur aurait permis de prendre la future autoroute Uccle - Waterloo débutant à l'avenue Wolvendael.

 


Ctrl + roulette sur le plan pour zoomer
Cette autoroute devait traverser le Kauwberg, suivre l'avenue Dolez jusqu'au Balai, traverser le bois de Buysdelle par son vallon principal, atteindre la gare de Holleken à travers les champs de Kleindal, se faufiler à travers les communes de Rhode et de Waterloo pour se raccorder au ring Est peu avant Waterloo...

Le projet du ring Sud fut définitivement abandonné en 1979.

Paradoxalement, c'est grâce à ces projets autoroutiers que plusieurs sites d'Uccle ont été préservés de l'urbanisation, comme le Kauwberg et le vieux cimetière d'Uccle. Celui-ci aurait dû être le début de l'autoroute vers Waterloo !

 

> Voir www.gis.irisnet.be/bruciel/ (allez dans les "Couches cartographiques", développez la couche "Mobilité" et cochez "Projets routiers des années 70")

> Voir www.acqu.be/RING-SUD

> Voir la "Lettre aux Habitants n° 77" (consultable sur le site de l'ACQU). À noter qu'en page 32, ce document parle du passage de l'autoroute Uccle - Waterloo par le bois de Verrewinkel plutôt que par celui de Buysdelle.

 

La fin du XXe s. marque le début de la prise de conscience écologique. On oublie les autoroutes des années '60 et on pense à étudier la valeur biologique des bois.

Et c'est ainsi que les bois seront classés et inscrits au réseau européen Natura 2000 : voir Classements et Natura 2000.

Des sculptures dans le bois de Verrewinkel ?

Sculpture d'O. StrebelleEn 2001, le sculpteur O. Strebelle formulait le vœu « Et qu'à côté de ma maison, on transforme le bois de Verrewinkel en parc de sculptures. La partie proche de ma maison accueillerait mes œuvres, l'autre partie serait consacrée à des expositions annuelles d'autres sculpteurs » [revue Bravo Uccle de mai 2001]. Un projet soutenu par l'échevinat de la culture qui annonçait en 2002 un « Musée de la Sculpture à ciel ouvert [... qui] pourrait abriter un musée communal de la sculpture en plein air à l'instar des jardins du musée Van Buuren ». Après l'achat du bois par la commune d'Uccle en 2003, l'échevin M. Cools annonçait que « Tout en respectant la végétation et la faune, une partie du Bois pourrait être agrémenté par le placement d'œuvres d'art créant ainsi un concept art et nature. » En 2004, le conseil communal décide que « tout aménagement envisagé dans le bois, devra se conformer au plan de gestion et à la législation en vigueur : ceci concerne notamment l'ouverture au public et la réalisation d'infrastructures comme un "parcours-santé" (comprenant l'installation de mobilier sportif, bancs, poubelles, etc.), ainsi que l'usage d'une partie du bois comme lieu d'exposition en plein air de statues, points qui ont motivé la délibération du Conseil du 23 octobre 2003 ».

Déjà avant la création de notre association, les Amis des Bois de Buysdelle et de Verrewinkel se sont opposés à ces projets. Nous avons fait des démarches répétées et obtenu des centaines de signatures. BE a pris l'option de ne rien installer dans le bois (pas de banc, pas de poubelle, ...). Tant le projet "Art et Nature" que le "Parcourt santé" ne sont plus d'actualité.